0,,17968967_303,00

Arrivé sur le banc du Bayer Leverkusen après de bons et loyaux services à Salzbourg, Roger Schmidt fait vite parler de lui. D’ailleurs un certain Guardiola ne tarit pas d’éloge sur son confrère allemand : »Je suis très heureux de jouer à nouveau contre lui, car je suis fan. Les entraîneurs comme lui font du bien au football, parce qu’ils cherchent toujours à attaquer. »

Ouais et même quand l’adversaire s’appelle Barcelone et que le match se déroule chez eux.

Le Bayer s’est incliné mais les supporteurs peuvent nourrir des regrets car l’équipe allemande a maîtrisé son sujet 80 minutes. La défaite est survenue en deux coups de rafale mais voici l’idée principale qui ressort de la performance des hommes de Schmidt: le pressing.

A titre personnel, le positionnement « défensif » des milieux et attaquants allemands m’a rappelé le Barça des premières années de Pep. Toujours un catalan à moins de 5 mètres, un harcèlement non-stop, un bloc haut.

Les blaugranas ont été pris à la gorge et ont beaucoup souffert.

Voici le résultat en image: