Seri, le milieu parfait.

1m68. C’est la taille de Jean Michaël Seri. Il est la preuve que la taille au milieu de terrain ne compte pas, surtout quand on a sa qualité technique et son intelligence.

Le milieu de Nice est l’exemple même de l’intelligence footballistique. Il a une capacité à jouer juste qu’on ne retrouve quasiment pas en Ligue 1 aujourd’hui. Cette capacité à jouer juste, vers l’avant dans le bon rythme et surtout à casser des lignes avec ses passes. Rien n’est laissé au hasard. Chaque passe met le coéquipier dans de meilleures conditions, chaque passe permet au jeu de progresser.
Hier, face à Monaco, il a encore ébloui le terrain de toute sa classe. Sa passe pour le but de Balotelli est la définition parfaite de la qualité de Seri. Un cerveau et une qualité technique au service d’un jeu collectif. On comprend l’intérêt du Barça, de City, d’Arsenal et d’autres grands clubs. Profitons de Seri en Ligue 1, car c’est rare d’avoir des joueurs de ce niveau chez nous.


<p><a href= »https://vimeo.com/251466275″>Seri – Intelligence – passe</a> from <a href= »https://vimeo.com/user35015912″>TiqueTac</a&gt; on <a href= »https://vimeo.com »>Vimeo</a&gt;.</p>

Alba – Messi, une connexion spéciale

Déjà sept passes décisives du petit latéral gauche catalan au génie argentin cette saison. Les années passent et cette relation ne prend pas une ride. L’activité incroyable de Jordi Alba, l’intelligence de Léo, l’automatisme sur le timing de l’appel, les techniques pour se créer ces espaces sont autant de facteurs qui rendent cette connexion si spéciale. Aussi probable qu’un Lire la suite « Alba – Messi, une connexion spéciale »

Combinaisons Latérales l’exemple City

Pep Guardiola dit souvent que quand il fait son équipe ce sont les ailiers qu’il choisit en premier. Tout son système est basé sur « comment mettre les ailiers dans les meilleurs conditions. »
On peut souvent voir les ailiers ouverts, collés à la ligne, même si le ballon est de l’autre côté du terrain.
Cette préoccupation d’avoir toujours les joueurs de couloirs bien ouverts a pour but d’obliger l’adversaire à défendre sur toute la largeur et donc à laisser des espaces entres les lignes. Dans la vidéo qui suit on peut voir comment, avec l’aide des milieux offensifs, les ailiers réussissent à créer des espaces dans la défense adverse.

City combinaisons latérales from TiqueTac on Vimeo.

 

Watford, les erreurs défensives

Hier le Manchester City de Pep Guardiola a (encore) gagné, cette fois-ci contre Watford coaché par Marco Silva.
Les 2 premiers buts viennent de centres à raz de terre, où à chaque fois la défense est surprise, car mal placée.
Pour bien défendre ce genre de ballon la ligne défensive doit intervenir comme couverture derrière la pression de la ligne de milieu.
De plus les défenseurs doivent laisser peu d’espaces entre eux pour que le ballon ne puisse pas y rentrer. Ici les joueurs de City trouvent trop facilement un espace entre les latéraux et les centraux.
Le défenseur central côté ballon est toujours responsable du positionnement, car les autres défenseurs peuvent s’aligner sur lui car ils le voient, alors que lui ne les voit pas.

En vidéo une possibilité de placement que Watford aurait pu utiliser.

Erreurs Watford from TiqueTac on Vimeo.

 

Eibar, un modèle de club à suivre ?

Après une série de neuf matchs sans victoire (et une victoire en treize matchs) entre septembre et octobre, le club basque entraîné par José Luis Mendilibar a remonté la pente. A tel point qu’ils sont actuellement sur 5V-1N-1D lors des sept derniers matchs dont de belles victoires contre le Betis, Valence et Girona. De quoi les placer au septième rang de la Liga, aux portes de l’Europa League.

Son organisation interne est un modèle à suivre. Nous vous conseillons de lire le superbe article de So Foot qui décrit en détail la politique du club. Monté en première division pour la première fois de son histoire en 2014, le club n’est plus descendu. Présidé par une femme, des instances autonomes où figurent des supporters, il s’illustre en modèle de gestion au pays des clubs surendettés.

Tout ça pour dire qu’il ne suffit pas d’acheter les meilleurs à coup de millions comme veulent vous le faire croire les présidents qui ne se remettent jamais en question. Car Eibar a un budget de 17M€ soit 8M€ de moins qu’Amiens, un quart du budget de Saint-Etienne ou encore 3% du budget parisien.

Le jeu pratiqué n’est pas le plus léché du championnat espagnol mais les joueurs maîtrisent leurs consignes offensives: décalage sur les ailes, centres variés, but. Les joueurs de couloirs comme Capa, Juanca, Inui, Alejo font la différence et les milieux Escalante, Jordan ou Dani Garcia se projettent vite vers l’avant. Vous verrez qu’à chaque situation de centre il y a au moins 3 joueurs dans la surface. Signe de l’ambition offensive du coach à la récupération du ballon.

Le vide Toulousain par Pascal Dupraz

L’autre jour, pour la énième fois de la saison, j’ai entendu Pascal Dupraz se plaindre. Je ne sais même plus de quoi cette fois-ci. Des supporters ? Peut être. De l’arbitrage ? Probable. De la lumière du stade ? Plausible. Mais jamais il ne parle de football. De jeu. D’idées. Non, ça jamais. Alors au lieu de ne rien faire et de me dire « Oh il est chiant lui ! » Bah je suis allé regarder son équipe de Toulouse.

Lire la suite « Le vide Toulousain par Pascal Dupraz »

La belle surprise troyenne

Il y a quelques semaines nous critiquions les déclarations de Jean Louis Garcia après un match (lien). Mais comme je ne fais pas les choses à moitié je me suis dit « bah on va aller voir pour que la critique soit constructive ». Sauf qu’à ma plus grande surprise Troyes est une belle équipe. Une équipe qui défend de façon organisée, une équipe qui essaie de construire de derrière, avec de la qualité dans les placements, avec beaucoup de patience pour trouver le moment et l’espace où attaquer.
Lire la suite « La belle surprise troyenne »

Bien défendre : la qualité avant la quantité

Lors du gros match de cette journée de Ligue 1, le champion de France en titre recevait le (futur champion de France…?) PSG.

Jardim a opté pour un schéma inhabituel. Avec 5 défenseurs dont 3 dans l’axe. Evidemment ce 11 était fait pour contrer au mieux les attaques parisiennes, les 3 attaquants évidemment mais également les incursions des milieux centraux et les montées des latéraux.
Lire la suite « Bien défendre : la qualité avant la quantité »

WordPress.com.

Retour en haut ↑