Recherche

Football Tactique

Le football des pieds au cerveau.

Tag

Entraîneur

Getafe – Le bon travail de José Bordalás

Ceux qui avaient misé sur une large victoire du Barça ce week-end le maudissent. Pourtant, même si on ne peut affirmer que l’on s’attendait à ce résultat, les hommes de José Bordalás ont été fidèles à eux-mêmes. En liga cette année, Getafe n’a perdu qu’un seul match par Lire la suite

Les débuts de Sampaoli à Séville

Jorge+Sampaoli+Granada+FC+v+Sevilla+Pre+Season+T6yhIiTIIbmlUne de grandes attentes de cette saison est sans aucun doute le Séville de Jorge Sampaoli. L’entraineur Argentin est très attendu en Europe après ses succès Sud-Américains.
Arrivé depuis 2 mois en Andalousie, l’ancien sélectionneur du Chili a déjà clairement imposé sa patte : Pressing haut et collectif, volonté de sortir proprement de la zone de défense et placement défensif en zone et organisé.
Lire la suite

Intensité défensive

Bien défendre c’est être bien placé (par rapport au ballon, par rapport à ses coéquipiers et par rapport à l’espace). Mais c’est également de l’intensité. Il faut voir et comprendre ce que l’action demande « mon coéquipier n’est pas là je dois occuper cette zone » et pour cela il faut être réactif et se replacer très rapidement et non pas revenir en trottinant et regarder l’action se dérouler.

Lire la suite

Savoir défendre ? Pas en Ligue1

La L1 ne sait pas défendre. Enfin elle croit qu’elle sait car il n’y a que des 0-0 et que tout le monde joue à 11 derrière. Sauf que  un bon entraineur doit savoir jouer dans tous les moments du matchs. Attaque, défense, transition attaque-défense, transition défense-attaque (je ne parle même pas des phases arrêtées.)
Lire la suite

Les erreurs défensives du Bayern de Pep Guardiola

Pep GuardiolaPep est, à mon avis, le meilleur entraineur du monde et sûrement le meilleur de l’histoire. Il a gagné, il a un style magnifique, personne ne contrôle le jeu comme lui, personne.  Lire la suite

OM-PSG : Analyse tactique d’un match presque top

Blanc-BielsaD’un côté une équipe de Star qui doit faire plus, qui doit mieux jouer, marquer plus et encaisser moins ! D’un autre une équipe qui surprend, car même si l’OM est annoncé comme prétendant au titre quand on voit son 11 on se dit que Bielsa est un génie.
Lire la suite

Sélection ou équipe ? Part 2

Didier-DeschampsIl y a quasiment 2 ans, dans cet article je parlais déjà de ce soucis de choisir une sélection des meilleurs joueurs ou une équipe ? En France (et je pense partout dans le monde) quand un joueur fait 3-4 bons mois (parfois moins) on le veut tout de suite en sélection.
Lire la suite

5/5 L’entraîneur professionnel en France

Les entraîneurs modestes déclarent après une victoire : « le mérite revient aux joueurs, ce sont eux qui sont sur le terrain ». Pas faux, mais chaque grande équipe a été influencée par son entraîneur. Difficile d’imaginer le catenaccio interiste des 60’s sans Helenio Herrera, le football total de l’Ajax des 70’s sans Rinus Michels, le Milan de Van Basten & Cie sans Arrigo Sacchi, le Porto de 2004 et l’Inter de 2010 sans Mourinho ou dernièrement le Barça sans Pep.

Ces entraîneurs ont tous réussi en adoptant leurs idées selon les caractéristiques des effectifs qu’ils disposaient. Un entraîneur fan de catenaccio ne peut pas demander à un groupe technique comme le Barça de fermer les verrous et attendre devant son but. Tout comme on ne peut pas exiger d’un groupe limité techniquement de prendre le ballon et de construire le jeu.

Il n’y a qu’en France où on voit des entraîneurs utiliser le même schéma tactique quel que soit les joueurs ou le club qu’ils entraînent. Comme si ces entraîneurs avaient acheté un livre décrivant une tactique et s’en servaient sans réfléchir. La paire de 6 au milieu très physique pas technique, ça n’existe plus qu’en France. Les 4-2-3-1 à l’étranger comprennent un vrai ratisseur, le 6, et un relanceur, le 8 (ex : Khedira-Schweinsteiger avec l’Allemagne, Mikel-Lampard à Chelsea, Fernando-Lucho à Porto, Bender-Gündoğan à Dortmund, Carrick-Cleverley à Manchester Utd, …). En gros en EdF actuellement on a des millions de numéro six et zéro dix. Une question se pose : qui organise le jeu ? Bah personne, ne nous étonnons pas des résultats français.

Regardez ce tableau qui suit. Il liste les entraîneurs de Ligue 1 et Ligue 2 de la saison 2013-2014 et leur passé professionnel en tant que joueur.

Coachs L1 L2

Seulement trois entraîneurs n’ont pas été joueur professionnel. A croire qu’il y a un critère de sélection ridicule pour les formations d’entraîneur professionnel. Et puis, on voit toujours les mêmes entraîneurs barouder de clubs en clubs sans même changer leurs styles de jeu. Et si on voit un entraîneur nouveau, généralement il est du même profil que les anciens.
En effet, en quoi un entraîneur n’ayant jamais eu de passé professionnel est obligatoirement un mauvais entraîneur ? Voulez-vous une preuve du contraire ?

Coachs champions

Sur 13 championnats européens 6 ont été remportés par des entraîneurs sans passé professionnel. Dont 2 du top 4 (SAF et Tito ont été professionnels mais l’un peu de temps en Ecosse et l’autre dans des petits clubs de deuxième-troisième division espagnole).
Encore plus frappant.

Coachs C1 C3

Plus d’une compétition européenne sur 3 ! Nous sommes sûrs qu’il existe en France des hommes qui n’ont pas été joueur professionnel mais qui ont certainement le talent, les qualités, le profil pour être entraîneur professionnel. Cependant leur anonymat ne leur permet sûrement pas de pouvoir postuler aux formations indispensables. La France est actuellement peut-être en train de se priver d’un José Mourinho ou Rafael Benitez. A croire qu’elle se satisfait de la pauvreté technique de ses championnats.

1/5 Clubs Français en compétitions européennes ces dernières années
2/5 FFF : des erreurs fatales
3/5 EDF A : De Knysna à aujourd’hui
4/5 EDF jeunes : les œillères du bel été 2013

WordPress.com.

Retour en haut ↑