Recherche

Football Tactique

Le football des pieds au cerveau.

Tag

Espagne

Getafe – Le bon travail de José Bordalás

Ceux qui avaient misé sur une large victoire du Barça ce week-end le maudissent. Pourtant, même si on ne peut affirmer que l’on s’attendait à ce résultat, les hommes de José Bordalás ont été fidèles à eux-mêmes. En liga cette année, Getafe n’a perdu qu’un seul match par Lire la suite

Real, un problème d’espaces

Le Real a perdu des points, encore. Ils sont maintenant à 19 points du Barça (avec -1 match). La saison des Merengues est à des années lumières de celle de l’année dernière.
Lire la suite

La douceur des mots de Monsieur Xavi

En lisant l’interview de Xavi à El Pais (que vous pouvez retrouver ici) je me suis tout de suite dit que j’allais faire un article. Et je me suis demandé ce que je pouvais rajouter ou analyser. Et en fait il n’y a rien à dire. Juste se dire qu’on a de la chance de vivre à la même époque que des Messieurs comme Xavi. Alors profitez-en.
Et personnellement, j’ai hâte de voir ce monsieur sur un banc de touche !
On risque de se régaler !

Lire la suite

Paulinho, l’homme à tout faire

Le Clásico Real-Barça a tenu toutes ses promesses : des buts, des actions, des polémiques. Bref, tout ce qu’il faut pour faire parler.
Mais moi un homme m’a surpris de part sa polyvalence : Paulinho !

Lire la suite

Barça – Comme un goût de 2011 …

Outre le spectacle hebdomadaire d’un groupe de joueurs fantastiques au sommet de leur art orchestrés par le meilleur coach offensif de l’Histoire, le grand Barça impressionnait aussi (et surtout) par son pressing étouffant.
Lire la suite

M. Pochettino, résultat ou manière ?

L’entraîneur argentin Mauricio Pochettino, actuellement aux commandes de Tottenham, est revenu (dans une interview à lire dans l’Equipe) sur sa philosophie, ses mentors, ses idées. Nous décidons ce jour de vous faire partager une réponse intéressante à une question qui divise: Quel est le plus important entre Lire la suite

La leçon du Bétis face au Real Madrid

Le Bétis a réussi à battre le Real Madrid à Madrid 1 but à 0. Mais plus que la victoire c’est la manière. Le Bétis a montré être une équipe très compétente. Menée d’une main de maitre par Quique Sétien, dont nous avions déjà vanté les mérites il y a 1 an à Las Palmas ici, l’équipe de Séville a montré une organisation et une connaissance du jeu hallucinante !
Lire la suite

Le retour du Barça ?

Un nouveau FC Barcelone est en construction.
Avec l’arrivée de Valverde les Blaugranas sont revenus à leurs principes de base.
Largeur, possession, relance dans les pieds, ballon là où ça fait mal : dans l’axe.

Le Barça de Valverde risque d’être le plus proche du Barça de Pep Guardiola.

Lire la suite

Analyse Tactique : Las Palmas, une histoire de courage

Dans cet épisode de Analyse Tactique nous allons revenir sur le courage d’une équipe comme Las Palmas, qui, même sans moyens, a tenu tête au Real de Madrid.

« C’est certainement un grand entraîneur mais dites-lui de venir prendre le 19e budget de L1 avec l’effectif qui ne bouge pas et on verra si les progrès sont édifiants. »
Pascal Dupraz parlant de Pep Guardiola

Alors cet article ne parlera ni de Pep ni de Dupraz. Mais parlera du courage.
Le courage d’avoir une philosophie de jeu et de l’assumer. Le courage de jouer face aux gros clubs les yeux dans les yeux sans craintes.
Lire la suite

Analyse tactique – La Real Sociedad au-dessus du Barça

Non ce n’est pas une surprise, le Barça n’a pas gagné à Anoeta. Non ce n’est pas (que) de la faute à la pseudo malédiction du club catalan à Saint-Sébastien (le Barça n’y gagne plus depuis 2007). Ce week-end la Real Sociedad a perdu deux points tandis que le Barça peut Lire la suite

Les débuts de Sampaoli à Séville

Jorge+Sampaoli+Granada+FC+v+Sevilla+Pre+Season+T6yhIiTIIbmlUne de grandes attentes de cette saison est sans aucun doute le Séville de Jorge Sampaoli. L’entraineur Argentin est très attendu en Europe après ses succès Sud-Américains.
Arrivé depuis 2 mois en Andalousie, l’ancien sélectionneur du Chili a déjà clairement imposé sa patte : Pressing haut et collectif, volonté de sortir proprement de la zone de défense et placement défensif en zone et organisé.
Lire la suite

Brève de la France à l’Euro

La France a eu du mal lors du match d’ouverture contre la Roumanie. On a beaucoup parlé du mauvais match des milieux (Pogba – Matuidi), mais l’explication est aussi tactique. Dans un match ou les Roumains étaient très à l’aise avec les ligne très basses, les Français n’ont jamais réussi à contrôler et à accélérer dans le secteur le plus important… le milieu. Le jeu Français était toujours très latéral et tournait beaucoup trop au tour du bloc adverse au lieu d’aller à l’intérieur.
Lire la suite

FC Barcelone – Real de Madrid

el-clasico

Le FC Barcelone et le Real de Madrid se sont affronté dans un clásico qui promettait beaucoup mais qui a déçu.
Lire la suite

4/5 EDF jeunes : les œillères du bel été 2013

Les Français, ces éternels pessimistes ont souri cet été. L’EdF U20 championne du monde et les U19 vice-champions d’Europe. Il ne faut pas croire que le problème de la formation est résolu pour autant et que désormais de talentueuses générations vont frapper à la porte des A.

Regardez le tableau ci-dessous

Résultats jeunes

Bilan pour la France : 1 WC U20, 1 Euro U17 et 6 Euro U19. Comment interpréter ces chiffres ?

En U19, la différence entre deux équipes peut se faire de deux façons. Soit une équipe domine l’autre techniquement. Soit à niveau égal la dimension physique donne l’ascendant. En Europe, l’Espagne domine ces compétitions car leur philosophie est axée sur la technique, les premières années de formation sont exclusivement destinées à l’apprentissage technique et la condition sine qua non du recrutement en jeune est le talent technique. Aucun critère physique n’est retenu dans le recrutement des jeunes car cet aspect se travaille plus tard. Les 15 titres européens s’expliquent par cette domination technique et une fidélité perpétuelle à une philosophie claire et définie. D’un autre côté, les Français à 18-19 ans atteignent leur taille maximale, leur physique permet de rattraper le retard technique et les 6 titres le prouvent.

Cependant sur la scène mondiale les « physiques » ou « costauds » bleus sont confrontés à d’autres nations qui misent comme eux sur le physique (Nigéria et Ghana) ou alors sur le talent pur (Brésil et Argentine). Cette année la France a juste été « encore plus » physique sur les autres (1m86 de moyenne pour le groupe Français). Techniquement d’autres nations étaient bien meilleures. Et n’oubliez pas que le titre s’est joué au t.a.b…

La France s’est longtemps targuée d’avoir une génération dorée (celle de 1987 avec Menez, Ben Arfa, Nasri, Benzema…). Bien que certains jouent aujourd’hui dans des bons clubs nous ne pouvons dire de ces joueurs qu’ils sont de grands joueurs européens. Des qualités ils en ont tous, cependant l’égocentricité est incompatible avec les succès dans un sport collectif. Il faut le dire, ces joueurs ne pensent qu’à leur gueule et leur portefeuille.
Voilà ce que pense Montanier de la mentalité des jeunes en France : MONTANIER PHILO FR Ce qui fait la force des grandes équipes c’est notamment la solidarité, l’union, faire l’effort pour l’autre car il le fera pour moi. Seulement si une minorité de l’équipe ne voit pas plus loin que le bout de son nez, l’équipe ne sera jamais compétitive. C’est ce qu’il se passe en France. Des bons jeunes, heureusement les centres de formation de Français arrivent à en sortir régulièrement. En ce qui concerne cette génération 87, ils n’étaient pas moins bons que leurs collègues espagnols, allemands, portugais ou hollandais. La différence se situe dans le crâne.

En Allemagne, après la claque subie à l’Euro 2000 la fédération a décidé de restructurer le système allemand. Désormais les clubs professionnels devaient impérativement (re)construire leurs centres de formation en suivant les prérogatives de la fédé. Le temps des puissants colosses allemands aux grosses frappes était fini. Depuis, les jeunes sont formés techniquement. Le jeu, le talent technique, le plaisir de jouer sont mis en avant. Idem pour la Belgique, la fédé a repensé toute la formation avec les mêmes idées décrites ci-dessus. Et le résultat est payant sur le long terme. Aujourd’hui l’Allemagne reste compétitive (3ème en 2006, finaliste en 2008, 3ème en 2010, demi-finaliste en 2012) en ayant transformé la manière de jouer. Löw s’appuie sur un jeu simple, basé sur la technique et le mouvement. Le Belgique, plus de 10 après avoir pris ces mêmes initiatives, dispose aujourd’hui de jeunes joueurs de premier plan : Courtois, Mignolet, Kompany, Vertonghen, Alderweireld, Vermaelen, Witsel, Chadli, Dembélé, Fellaini, De Bruyne, Mertens, Hazard, Lukaku, Benteke …

Autant dire que tant que des décisions structurelles ne seront pas prises concernant la formation, la philosophie de jeu à suivre, le recrutement etc. les chances de la France dans les compétitions internationales seront minimes.

1/5 Clubs Français en compétitions européennes ces dernières années
2/5 FFF : des erreurs fatales
3/5 EDF A: De Knysna à aujourd’hui
5/5 L’entraîneur professionnel en France

Espagne, la passe de 4 ?

Depuis 2008 ils détruisent tout sur leur passage et leur palmarès parle de lui-même : 2 Euros et 1 Mondial.

Désormais il ne manque plus qu’une ligne à ce joli palmarès : la coupe des confédérations. Et hier les Espagnols ont annoncé la couleur : 45 minutes d’anthologie. On a rarement (voire jamais) vu les protégés de Vincente Del Bosque produire un si beau spectacle, du football à l’état pur.

Comme à son accoutumée l’emblématique sélectionneur espagnol déballe un 4-3-3 piloté par une majorité blaugrana.

espagne 4-3-3

Les puristes l’auront remarqué, quand la Roja a la balle (c’est-à-dire 73% du temps cette nuit) elle joue en 3-4-3 comme ci-dessous.

espagne 3-4-3

Alba prend le couloir libéré par Fabregas qui fait l’électron libre au milieu. Busquets se met entre Ramos et Piqué qui se sont écartés. Ce placement de Busquets permet à Ramos, Piqué, Xavi et Iniesta d’avoir sans cesse une ligne de passe. De plus, sa présence rassure les deux centraux qui peuvent tenter une sortie de balle en conduite.

Pedro mord la ligne afin d’élargir la ligne de défense adverse et Soldado reste fixe devant pour mobiliser les deux centraux. De cette manière Fabregas se voit offrir d’innombrables espaces.

Le but encaissé en fin de match (seul tir cadré Uruguayen de la soirée) vient entacher la belle soirée espagnole qui si elle continue ainsi ne devrait pas s’arrêter d’écraser ses concurrents.

Statistiques du match :

Espagne – Uruguay, le 17/06/2013 à Récife (Brésil) – Coupe des Confédérations

Possession : 73% – 27%

Tirs (cadrés) : 17 (8) – 4 (1)

Fautes : 8 – 17

Corners : 5 – 1

WordPress.com.

Retour en haut ↑