Recherche

Football Tactique

Le football des pieds au cerveau.

Tag

Monaco

Monaco – Lyon : analyse tactique

Malheureusement le match entre Lyonnais et Monégasques a été gâché par cette expulsion juste avant la mi-temps de Keita Baldé. Mais même comme ça on a pu retirer beaucoup d’enseignements de ce match.
Lire la suite

Marseille – Monaco : Analyse du match

C’était un très gros match entre 2 membres du Big 4 du championnat. Et on peut dire qu’il a tenu ses promesses. Beaucoup d’intensité, des actions et de l’envie. Forcément, quelques erreurs.

Lire la suite

Bien défendre : la qualité avant la quantité

Lors du gros match de cette journée de Ligue 1, le champion de France en titre recevait le (futur champion de France…?) PSG.

Jardim a opté pour un schéma inhabituel. Avec 5 défenseurs dont 3 dans l’axe. Evidemment ce 11 était fait pour contrer au mieux les attaques parisiennes, les 3 attaquants évidemment mais également les incursions des milieux centraux et les montées des latéraux.
Lire la suite

Frappe en Lucarne : Falcao l’art d’apparaître et de ne pas être

Aujourd’hui dans Frappe en Lucarne on va vous parler d’un grand attaquant. Parfois on nous dit que c’est « un mec qui sent le but » alors ouais dit comme ça on pense qu’il suffit de le mettre dans la surface et d’attendre.
Lire la suite

Frappe en lucarne – l’AS Monaco de Jardim

Attaque la plus prolifique des grands championnats européens avec 3 buts par match, le Monaco de Jardim réalise un surprenant début de saison. Si les éléments offensifs de l’effectif monégasque peuvent justifier une telle performance, le jeu produit à Louis II les deux dernières saisons rend cette statistique d’autant plus surprenante.

Oui mais… rappelons-nous qu’à son arrivée l’entraîneur portugais s’est vu Lire la suite

Carrasco : un bon joueur, pas un grand joueur

Contre Arsenal, Ferreira Carrasco a marqué le but du 3-1, un but décisif en fin de match. Mais avant ça, il aurait pu tuer le match. Enfin, il aurait pu permettre à ses coéquipiers de tuer le match. Forcément il n’aurait pas été LA vedette, mais il aurait été grand pour l’équipe.
La question maintenant est : veut il être grand pour lui ou pour l’équipe ? Quand il répondra à cette question, on sera si il est un grand joueur ou un bon joueur.

Définir la ligne défensive

Quand une balle entre sur le côté et que l’adversaire est donc en position de centre, le joueur qui doit définir la ligne défensive (l’alignement de la défense) est celui qui se situe près du ballon. Dans le cas présent c’est Elderson. En effet lui ne voit pas ce qui se passe dans son dos, c’est les autres qui doivent s’aligner en conséquence, ce que fait parfaitement Carvalho (l’un des meilleurs défenseurs de sa génération), mais Raggi… L’italien est quelques mètres derrières et se replace tranquillement sans s’aligner. Pas de chance, centre Bastiais, et Maboulou reçoit la balle pile dans sa zone…

A noter également que les milieux monégasques ne sont pas pressés de se replacer.

 

bastia monaco fin

1/5 Les clubs Français en compétitions européennes ces dernières années

Le tableau qui suit montre les performances réalisées par pays sur la scène européenne (C1 + C3) depuis 2007/2008.

Résultats pays C1 C3

Même si une fois les totaux de C1 et C3 comptabilisés la France se retrouve cinquième derrière le top 4, le chiffre est trompeur. En C3, la France ne compte aucun représentant dans le dernier carré depuis 2003/2004 et la finale perdue de l’OM contre Valence. Pire encore, des clubs provenant de championnats dits « inférieurs » à la Ligue 1, comme les championnats Ukrainien, Turque, Russe, Ecossais, Danois ou Portugais, ont atteint ce dernier carré récemment. Par ailleurs, les éliminations en huitièmes de finale des deux compétitions (5 en C1 et 6 en C3) boostent le total Français. Autrement dit, les clubs Français peinent à franchir ce cap des huitièmes.
Chez le concurrent principal au niveau de l’UEFA, le Portugal, on a vite compris que l’Europa League serait le levier idéal pour défaire la France de son fauteuil de cinquième championnat européen. Contrairement aux clubs français, les clubs étrangers ne considèrent pas l’Europa League comme un fardeau. Ils se sont battus pour s’y qualifier donc ils la jouent à fond. Les performances de Porto, Benfica, Sporting et même Braga montrent l’exemple aux écuries Françaises. En 2010/2011, les clubs lusitaniens ont frappé fort : 3 clubs dans le dernier carré et une victoire finale au bout. Tandis que dans la même année le meilleur parcours Français était un huitième de finale du PSG… perdu à Lisbonne contre Benfica.

Mais quelles sont les différences entre la Ligue 1 et les autres championnats « inférieurs » ?

C’est simple, ces autres championnats disposent tous d’une voire deux locomotives qui réussissent en coupe d’Europe. Porto et Benfica au Portugal, Shakhtar Donestk et Dynamo de Kiev en Ukraine, les 3 clubs d’Istanbul en Turquie, Le Zénith et le CSKA Moscou en Russie. Quid de la France ? Six champions différents sur les six dernières saisons. Pas top pour trouver un modèle… Du temps où l’OL dominait la Ligue 1 (et la tenait tout seul à bout de bras en Europe), ses performances obligeaient les autres clubs français à se mettre au niveau.
Avec l’arrivée d’investisseurs au PSG et Monaco, la Ligue 1 va peut-être retrouver les locomotives qu’elle avait perdues pour montrer la voie en Europe. Mais l’argent ne décide pas tout dans le football. L’Athletic Bilbao et Braga se sont hissés en finale de l’Europa League récemment. Dernièrement Osasuna, le Werder de Brême, Villareal, Hambourg, Bâle ou le Steaua Bucarest ont atteint les demi-finales. Je ne crois pas que les budgets de l’OM de l’OL ou même du LOSC soient inférieurs à ceux de ces clubs.
Le problème est plus profond.

2/5 FFF : des erreurs fatales
3/5 EDF A : De Knysna à aujourd’hui
4/5 EDF jeunes : les œillères du bel été 2013
5/5 L’entraîneur professionnel en France

WordPress.com.

Retour en haut ↑